Le 9 octobre 2011, la France fêtera les 30 ans de la promulgation par François Mitterrand de la loi abolissant la peine de mort. Pour célébrer cet événement, Ensemble contre la peine de mort (ECPM) se mobilise en faisant des temps forts de l’année 1981 ceux de l’année 2011 au travers de nombreuses actions d’information et de sensibilisation du public à l’abolition universelle.

Téléchargez le programme (Paris)
Téléchargez le programme (Région)
Téléchargez le dossier de presse

Premier temps fort de ces festivités, le programme « Eduquer pour l’abolition ». Depuis la rentrée 2009, Ensemble contre la peine de mort développe un programme d’éduction à l’abolition dans les collèges et lycées d’Île de France dans le but d’informer et de sensibiliser les citoyens en devenirs et futurs décideurs sur les enjeux de l’abolition de la peine de mort. Deux heures d’intervention, animées autour de témoignages de victimes de la peine de mort (ancien condamnés à mort ou familles de victimes) et de spécialistes de la question, sont ainsi organisées au sein des établisements scolaires. L’anniversaire des 30 ans de l’abolition est l’occasion pour ECPM d’intensifier ce programme en mettant l’accent sur l’histoire française de l’abolition de la peine de mort.

Les interventions seront marquées par la participation de témoins directs de la peine de mort en France, parmis lesquels Arnaud Gaillard, juriste et Docteur en Sociologie, spécialiste des questions pénales, et co-réalisateur du film documentaire HONK, sur la peine de mort aux Etats-Unis; Claude Guillaumaud-Pujol, universitaire spécialiste des États-Unis, membre du Conseil d’administration d'ECPM et cofondatrice du Collectif de soutien à Mumia Abu-Jamal (condamné à mort en juillet 1982) ; Philippe Maurice, dernier condamné à mort français, gracié par françois Mitterrand en 1981 et Sandrine Ageorges-Skinner, membre du Conseil d’administration d’ECPM, elle est l’épouse d’Hank Skinner, condamné à mort au Texas. Les interventions, qui ont débuté en mai dernier, se déroulent du 30 septembre au 10 octobre 2011 au sein des collèges et lycées français.

Par ailleurs, des outils pédagogiques spécifiques ont été mis à disposition des établissements. Ainsi, l’exposition « Sur le chemin de l’abolition universelle », composée de 16 panneaux pédagogiques retraçant l’histoire de la peine de mort dans le monde et les raisons soutenant son abolition a été mise à disposition des établissement participants aux activités. Un nouveau panneau sur les 30 ans de l’abolition de la peine de mort en France a également été spécifiquement créé. La troupe de théâtre « la Fabryk », qui intervient depuis onze ans dans les établissements scolaires au travers de spectacles sur des problématiques actuelles telles que les prisons ou les sans-papiers, propose quant à elle, en partenariat avec ECPM, le spectacle « Loi N° 81-908, article 1 : La peine de mort est abolie » sur l’histoire de l’abolition en France.

La Fête de l’Huma entame les festivités
Pour la septième année consécutive ECPM est présente à la Fête de l’Huma, les 16, 17 et 18 septembre 2011, pour dire Non à la peine de mort et associer le public du parc de la Courneuve à ses campagnes d'action. Le stand de l’association sera installé dans l'espace "Village du monde" et présentera publications et outils pour agir (pétitions, rapports, actes, journaux…) ainsi que son exposition "Sur le chemin de l'abolition universelle" (lire plus loin). La Fête de l'Huma sera, tout particulièrement cette année, l'occasion d'entamer les festivités du 30e anniversaire de l'abolition de la peine de mort en France avec un débat, le 17 septembre, auquel participeront M. Robert Badinter, sénateur et ancien garde des Sceaux, et M. Philippe Maurice, dernier condamné à mort française grâcié par François Mitterrand. Ce sera également l’occasion de rappeler que 58 pays continuent d'exécuter des condamnés à mort, à travers la campagne Justice pour Hank Skinner.

La culture au service de l’abolition
De plus, ECPM a choisi de mettre l’art à contribution afin de sensibiliser aux enjeux de l’abolition. Ainsi, quatre expositions sont programmées dans les établissements scolaires, universités et instituts culturels français afin de mobiliser les émotions du grand public. La première, « Dessins de presse contre la peine de mort » est une exposition créée en partenariat avec l’association Cartooning For Peace à l’occasion du 4e Congrès mondial organisé à Genève en février 2010. Elle réunit la vision à la fois drôle et dérangeante de nombreux caricaturistes de renommée internationale autour de la thématique abolitionniste. L’objectif est de sensibiliser avec humour sur ce que représente la survivance de la peine capitale dans 58 pays du monde. Caroline Planque, journaliste et photographe française vivant aux États-Unis, a réalisé quant à elle une série de 15 portraits (110x110cm) légendés de proches ou d’acteurs de la peine capitale (conjoint(e)s ou parents de condamnés, aumônier…). Son exposition « Jusqu’à ce que la mort nous sépare » révèle qu’une fois condamnés à la peine capitale, hommes et femmes deviennent un simple numéro de matricule qui efface progressivement leur nom, leur passé et bien souvent leur humanité. Et pourtant, derrière chaque numéro se cache un individu avec une histoire, une famille, des proches. L’exposition permanente d’ECPM, « Sur le chemin de l’abolition universelle » se compose de 16 panneaux (120x90cm) présentant l’histoire de l’abolition de la peine de mort ainsi que l’état de la situation actuelle dans le monde et plus particulièrement dans certains pays tel que la Chine, les États-Unis et le Japon. Un nouveau panneau sera crée spécialement pour les 30 ans retraçant les grandes étapes de l’abolition de la peine de mort en 1981.

Enfin, l’exposition « La mort n’est pas justice » est présentée par poster for tomorrow qui est une organisation indépendante à but non lucratif dont l’objectif est de faire participer les citoyens du monde entier en leur faisant réaliser des affiches sur des thèmes relatifs aux droits de l’homme. à l’occasion du deuxième concours organisé en 2010, des milliers d’affiches appelant à l’abolition universelle de la peine de mort ont été réalisées et une centaine a été sélectionnée par un jury et exposée dans différents pays.

Le 7ème art s’engage !
Par ailleurs, des cycles de cinéma dédiés aux productions cinématographiques liées à la peine de mort sont organisés tout au long des célébrations au Cinéma Action Christine, à Paris. Une sélection de plusieurs films a été réalisée par ECPM de façon à couvrir la réalité de la peine capitale à travers les époques, les cultures, les sensibilités religieuses et les contextes politico-historiques. Parmi eux, HONK, Train de nuit, In prison my whole life, Un coupable idéal, Une peine infinie ou encore The stoning of Soraya M. et Douze hommes en colère. Cliquez ici pour connaître toute la programmation.

La BnF s’associe aux festivités
La Bibliothèque nationale de France s’est, elle aussi, mise aux couleurs de la lutte contre la peine de mort. Elle organise notamment le 5 octobre 2011 à 18h.30, dans son Grand auditorium, une conférence : « Ver l'abolition universelle de la peine de mort » avec la participation exceptionnelle de Robert Badinter, Sénateur, ancien garde des sceaux qui a fait voter l’abolition de la peine de mort en France. Deux projections auront également lieu. Celle du film Une peine infinie de David André (2010, 1h.20), lauréat du prix Albert Londres 2011. La projection sera suivie d’un débat avec le réalisateur et Sandrine Ageorges-Skinner, membre du conseil d’administration d’ECPM, épouse d'Hank Skinner, condamné à mort au Texas. le jeudi 6 octobre 2011 à 18h.30, Petit Auditorium. Et le vendredi 7 octobre 2011 à 18h.30, au Petit Auditorium, celle du film documentaire HONK, de Arnaud Gaillard et Florent Vassault (2011), avec le soutien d’ECPM, sera également présenté en avant-première. La projection sera suivie d’un débat sur le film en présence des réalisateurs et de Curtis McCarty.

De plus, une conférence tournée vers l'international est organisée dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale contre la peine de mort, le 10 octobre, l’occasion de rappeler que trop d’Etats continuent d’exécuter leurs citoyens à travers le monde. Parmi les intervenants qui seront amenés à participer, des anciens condamnés à mort venant du monde entier seront invités à témoigner.

Se rassembler pour fêter l’abolition
Enfin, ECPM et la Coalition mondiale contre la peine de mort organisent un grand rassemblement sur le parvis de l’Hôtel de ville de Paris, le lundi 10 octobre 2011, Journée mondiale contre la peine de mort. Des stands d’informations seront installés sur le parvis, autour de l’installation artistique interactive, afin de rappeler au public que si la peine de mort a été abolie il y a 30 ans en France, elle est toujours une réalité dans 58 pays. Les médias français seront fortement impliqués dans l’organisation de cet événement, afin de pouvoir toucher une opinion publique large et variée.

Téléchargez le programme (Paris)
Téléchargez le programme (Région)