234207cinemaagainstfondMAB3

Le 6e Congrès mondial contre la peine de mort, c’est également une programmation culturelle aussi diverse qu’étoffée. D’avant-premières en projections de documentaires, d’expositions en performances, l’art permet de diffuser les idées abolitionnistes.

À cette occasion, la Maison de la Littérature d’Oslo accueille gratuitement deux événements organisés par ECPM. Le premier, qui aura lieu le 19 juin, s’intitule « Cinéma contre la peine de mort ». À partir de 14 heures, trois documentaires se succéderont sur l’écran pour apporter une vision plus complète, mais aussi plus complexe de la peine de mort dans le monde. La journée s’ouvrira avec Last Day Of Freedom, court-métrage d’animation nommé aux oscars 2016 et réalisé par Dee Hibbert-Jones and Nomi Talisman. Nous y suivrons les questionnements de Bill Babbitt, qui apprend que son frère a commis un crime : devrait-il le dénoncer à la police ? Last Day Of Freedom se place au cœur de la complexité sociale et morale des États-Unis. Suivra la projection de Bloodsworth : Un homme innocent, réalisé par Gregory Bayne. L’histoire d’une erreur judiciaire qui marqua l’histoire des États-Unis, quand, pour la première fois, un condamné à mort a pu prouver son innocence à l’aide de prélèvements ADN. Enfin, la soirée se terminera par la projection de The Wavering Public ? The Death Penalty, Justice, and Public Opinion de Yo Nagatsuka, un documentaire qui se penche sur un pays trop rarement étudié en matière de peine de mort : le Japon. La chercheuse Mai Sato est allée à la rencontre de ses compatriotes pour leur demander leur position sur la question… les témoignages récoltés devraient vous surprendre. Un débat avec Mai Sato suivra la projection.

Le 22 juin, à la Maison de la Littérature toujours, vous pourrez voir pour la première fois The Penalty de Will Francome. La peine de mort constitue un sujet incontournable du travail de Francome, réalisateur notamment de  In Prison My Whole Life, un documentaire consacré à Mumia Abu-Jamal qui a été présenté au célèbre Sundance festival et a remporté de nombreux prix entre Paris et Amsterdam. Pour ce 6e Congrès, il a accepté de nous dévoiler son dernier long-métrage en avant-première mondiale. The Penalty est une étude approfondie de l’industrie de la peine de mort aux États-Unis qui traverse ses scandales et ses conséquences les plus désastreuses. La productrice Laura Shacham et Will Francome seront présents pour un temps d’échange à l’issue de la projection.

Dans l’enceinte de l’opéra

Sera présentée, dans l’enceinte de l’Opéra d’Oslo, l’exposition Windows On Death Row, art from inside and outside the prison walls, créée par le dessinateur Patrick Chappatte et la journaliste Anne-Frédérique Widmann. Windows On Death Row rassemble de nombreuses œuvres réalisées par les plus célèbres dessinateurs de presse américains, mais aussi par des détenus du couloir de la mort. L’exposition dévoile ainsi une multitude de perspectives et de points de vue. Les organisateurs espèrent, par ce biais, stimuler les échanges autour de la peine de mort grâce à la diversité des questions qu’elle inspire. Un espace sera également dédié aux œuvres du caricaturiste iranien Mana Neyestani. Emprisonné en raison de ses activités dans son pays d’origine, Mana vit aujourd’hui en France. Il collabore régulièrement avec ECPM en encourageant les élèves à dessiner contre la peine de mort.

La prestigieuse cérémonie d’ouverture du Congrès accueillera deux événements artistiques entre les prises de parole. Karoline Aamås et Hege Eriksdatter Østefjells, deux danseuses acrobates norvégiennes, ont eu l’occasion de travailler avec des condamnés à mort kényans. Elles ont rapporté de cette expérience une performance en forme de parenthèse vertigineuse intitulée I don’t know if I’m strong enough, but I’m not letting go of you. Enfin, l’artiste Michael O’Donnell projettera son travail issu du projet Final Sentence, une œuvre mémorielle dédiée aux derniers mots de condamnés à mort texans. Le musicien Jan Koop accompagnera la projection au violoncelle avec une partition signée Luigi Dallapiccola.