Christopher Johnson a été exécuté par injection létale en Alabama le 20 octobre 2011 et a été prononcé mort à 18h25 locales. Il avait 38 ans.

Reconnu coupable d'avoir tué son fils de 6 mois, Christopher Johnson avait assuré seul sa défense pendant une partie de son procès au cours duquel il avait réclamé la peine capitale. Par la suite, il avait également refusé de faire appel et s'était ainsi porté « volontaire » pour mourir.

Dans un communiqué, l’organisation Project Hope to Abolish the Death Penalty basée en Alabama a indiqué vouloir « respecter le souhait du prisonnier » mais s’est « néanmoins interrogée sur la stabilité mentale de Monsieur Johnson, qui lui permettrait de prendre une telle décision », relançant ainsi la polémique sur les « suicides assistés » des condamnés à mort aux Etats-Unis.

Invité à prononcer ses derniers mots, Christopher Johnson a simplement dit :

Game over

Christopher Johnson est le 6e condamné à mort exécuté en Alabama en 2011, le 55e depuis la reprise des exécutions en Alabama en 1983, le 38e cette année aux Etats-Unis, et le 1272e depuis la reprise des exécutions aux Etats-Unis (le 17 janvier 1977).