Dix condamnés à mort ont été décapités au sabre en Arabie saoudite le 6 octobre, dont huit ressortissants du Bangladesh condamnés à mort pour le même meurtre, ce qui porte à au moins 56 le nombre d'exécutions depuis janvier dans ce pays.

En septembre dernier, l’association Amnesty International avait appelé Ryad à "un moratoire immédiat" sur les exécutions, en affirmant qu'elles avaient repris "à un rythme alarmant". L'ONG avait précisé que 140 personnes se trouvaient dans le couloir de la mort en Arabie.

Selon Amnesty, 27 personnes avaient été exécutées en 2010 dans cette monarchie ultra-conservatrice du Golfe. En 2009, les autorités avaient annoncé 67 exécutions, contre 102 en 2008. Le viol, le meurtre, l'apostasie, le vol à main armée, le trafic de drogue, la sorcellerie et l'homosexualité sont – entre autres – passibles de la peine capitale en Arabie saoudite qui applique strictement la charia, la loi islamique.