Du 18 au 20 Octobre dernier, s’est tenu, à Rabat, le 1er Congrès régional sur la peine de mort, organisé par Ensemble contre la peine de mort (ECPM) en partenariat avec l’International Bar Association’s Human Rights Institute (IBAHRI) et l’Organisation marocaine des droits humains (OMDH) et en association avec la Coalition marocaine contre la peine de mort. Cet événement, marqué par la richesse de son programme scientifique, a été l’occasion pour les participants issus de douze pays de la région MENA de dialoguer sur les problématiques essentielles liées à la lutte pour l’abolition dans cette région. Retour sur ces trois jours de débats intenses.

Diversité de ses participants

Ce premier Congrès régional avait pour ambition de cibler les acteurs abolitionnistes de la région MENA dans l’objectif d’aborder les problématiques communes et de travailler sur les arguments favorables à l’abolition, propres à cette région particulière.
Lors de l’ouverture du Congrès, plus de 300 personnes originaires d’Algérie, , d’Egypte, d’Irak, de Jordanie, du Liban, de Libye, de Mauritanie, de Syrie, de Tunisie et issues de l’autorité palestinienne étaient présentes et en moyenne, 200 personnes ont assisté aux débats durant les trois jours qu’a duré le Congrès. Grâce aux ateliers et tables rondes mais aussi aux temps un peu plus informels (pause-café, déjeuners ou dîner de cérémonie), les participants ont pu s’enrichir mutuellement des initiatives menées dans chacun des pays ciblés, tout autant que de dialoguer sur des sujets de fond, tels que la position des religions face à la peine capitale, particulièrement sensible dans cette zone géographique.
La représentation politique de la région MENA était faible, ce qui est lié au contexte géopolitique de la région, mais il semble qu’un intérêt soit né à l’occasion de cet événement.


Des débats de qualité

Un programme ambitieux a permis à 38 intervenants et huit modérateurs d’informer les participants sur les moyens d’agir en vue de l’abolition de la peine de mort dans cette région. Les participants ont montré un fort intérêt pour les sessions traitant de l’influence du droit international dans la région qui abordait principalement le vote sur la résolution pour un moratoire universel sur les exécutions à l’Assemblée Générale de l’ONU ; des attentes en termes de pénalité où sont intervenus Mustafa Al Assaf (ancien secrétaire général du ministère de la Justice jordanien), Mohamed Bouzlafa (professeur de droit pénal), Ahmed Haou (ancien condamné à mort marocain) et Soad El Khamal (présidente de l’association marocaine des victimes du terrorisme) pour exposer et échanger sur leurs expériences et leurs attentes et tenter d’identifier des points communs sur lesquels s’appuyer pour permettre aux parlementaires de faire évoluer les lois et sur les stratégies d’abolition et de lobbying dans la région où des représentants du Liban (Ziad Naboulsi), d’Algérie (Nourredine Benissad), de Tunisie (Habib Marsit) et de Mauritanie (El Hacene Mbareck) ont échangé sur leurs besoins et leurs attentes concernant les stratégies d’abolition à mettre en place.
Cependant, les débats les plus attendus par les participants étaient ceux qui concernaient la religion. Aussi, les interventions de Youssef Seddik (anthropologue du Coran), Mohammad Habash (professeur de droit islamique et du père Hadi Aya (prêtre libanais) lors de la séance plénière « les religions et l’abolition dans la région » ont été très appréciées en ce qu’elles ont permis de démontrer qu’il est possible de s’appuyer sur les religions pour œuvrer pour l’abolition de la peine de mort dans la région.

Une couverture médiatique importante

Plus de trente médias marocains étaient présents, parmi lesquels la totalité des chaînes de télévision, de nombreuses radios, plusieurs quotidiens, magazines et blogs arabophones et francophones. Le Congrès de Rabat a attiré l’attention des correspondants étrangers au Maroc : Al Jazeera ; RFI ; BBC ; AFP ; EFE ont diffusé des reportages sur ce premier événement abolitionniste dans la région.
Enfin, Al Jazeera a suivi l’intégralité du Congrès dans le cadre de la réalisation d’un documentaire de 52 minutes, sur la peine de mort dans le monde arabe.

En route vers le Congrès mondial 2013

Le succès du 1er Congrès régional sur la peine de mort a montré combien le mouvement abolitionniste est actif au sein de la région MENA. Lors du 5e Congrès mondial sur la peine de mort qui se déroulera à Madrid en juin 2013, ECPM organisera une session dédiée à cette zone géographique, afin de mesurer l’impact des débats de Rabat tout en se focalisant sur le rôle prépondérant de la religion dans le débat abolitionniste.
Ce prochain Congrès mondial sera également l’occasion de faire le point sur les progrès accomplis en termes d’abolition au niveau international et de réfléchir aux stratégies futures à développer.

Consulter la déclaration finale

Marianne Rossi