Communiqué de presse

Paris, le 24 septembre 2015

« Ali Al-Nimr est un symbole de l’injustice désastreuse de la peine de mort !, déclare Raphaël Chenuil-Hazan, directeur de l’association Ensemble contre la peine de mort. Ce jeune saoudien était mineur au moment de son arrestation en 2012 pour avoir protesté contre les autorités et condamné à mort pour délit d’opinion. C’est également un acte d’oppression contre la minorité chiite en Arabie Saoudite », a-t-il commenté.

APPEL URGENT !

Ensemble contre la peine de mort – ECPM appelle le roi de l’Arabie Saoudite Salmane ben Abdelaziz Al Saoud à la clémence. L’association sollicite également le gouvernement français pour qu’il s’engage en urgence et pèse de tout son poids auprès des autorités saoudiennes, l’un de ses partenaires privilégiés dans le Moyen-Orient, afin de stopper l’exécution d’Ali Al-Nimr. ECPM s’adresse à tous les français et les encourage vivement à réagir auprès des responsables politiques et des médias en France et à l’étranger. Seule, une mobilisation internationale pourra sauver Ali Al-Nimr.

L’Arabie Saoudite se prépare à décapiter, puis crucifier le jeune Ali Al-Nimr dans un contexte particulièrement alarmant. Le pays a exécuté plus de 134 personnes depuis le début de l’année. Cependant, l’Arabie Saoudite vient d’être nommée à la tête d’un groupe consultatif qui propose des experts pour le Conseil des droits de l’homme des Nations unies. « L’Arabie Saoudite ne peut prétendre de faire partie des acteurs influents des droits de l’homme au niveau international tout en bafouant les plus élémentaires de ces droits dans son pays », s’exclame Raphaël Chenuil-Hazan.

Rappel des faits :
Ali Mohammed Al-Nimr, a été arrêté en 2012, alors âgé de 17 ans, lors d'une manifestation d'opposition au régime dans la région chiite de Qatif. Il est accusé de faire partie d'une organisation terroriste. Ce jeune chiite, neveu de cheikh Nimr Al-Nimr, l'un des plus fervents opposants au régime saoudien, a été condamné l'année dernière à mort par décapitation. Son appel ayant été rejeté ces derniers jours, il peut désormais être exécuté à tout moment.

Contacts presse :
Desislava Raoul, responsable communication ECPM
Tél : 0180877052, portable : 0613262912, E-mail : draoul@abolition.fr