Dans le cadre du procès de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak, le procureur a requis le jeudi 5 janvier 2012, au Caire, la peine capitale pour l’ancien chef d’État.

La peine de mort a également été requise pour l’ancien ministre de l’intérieur Habib Al Adali et six hauts responsables des services de sécurité. Ils sont accusés d’avoir incité et encouragé l’assassinat de plus de 800 manifestants pacifiques lors de la révolution du 25 janvier 2011. « La loi égyptienne prévoit la peine de mort pour le meurtre avec préméditation » a confirmé le procureur général Mustapha Souleiman.

Le procès a été ajourné aux 9 et 10 janvier. ECPM condamne avec la plus grande fermeté cette décision et demande aux autorités judiciaires égyptiennes de ne pas appliquer les méthodes iniques de l’ancien régime égyptien

Télécharger le communiqué de presse d'ECPM