Troy Davis, condamné à mort pour le meurtre du policier Mark MacPhail en 1989, a été exécuté par injection létale mercredi 21 septembre 2011 à Jackson, Géorgie.

Saisie d'un ultime recours, la Cour suprême des Etats-Unis a mis plus de quatre heures, après l'heure prévue pour l'exécution, pour rendre son avis et a finalement refusé de sursoir à l'exécution qui a débuté à 22h.53 (heure locale). Troy Davis a été prononcé mort à 23h.08, après 22 ans passés dans le couloir. Il avait 42 ans.

L'ancien Garde des Sceaux Robert Badinter, a déclaré que l'affaire Davis resterait "comme une tache sur la justice des Etats-Unis, et en tout cas sur celle de l'Etat de Georgie".

Dans sa lettre d'adieux écrite en 2008 (à la veille d'une exécution prévue), Troy Davis écrivait :

Je veux vous remercier tous pour vos efforts et votre dévouement en faveur des droits de l'homme et de la bonté humaine (…) Ce n'est pas une affaire qui concerne la peine de mort, ce n'est pas une affaire qui concerne Troy Davis, c'est une affaire qui touche à la justice et à l'esprit humain (…) peu importe ce qui arrivera dans les jours et les semaines à venir, ce mouvement pour abolir la peine de mort, pour rechercher la vraie justice, pour faire éclater un système qui ne réussit pas à protéger ses innocents, doit être accéléré (…) Il y a tant d'autres Troy Davis.

Cette exécution était la 35ème aux Etats-Unis (et la 4ème en Géorgie) en 2011 et la 1268ème aux Etats-Unis (52ème en Géorgie) depuis la reprise des exécutions en 1977.