ECPM a invité la Coalition mondiale contre la peine de mort, son partenaire dans l’organisation du 5e Congrès mondial, à choisir l’abolitionniste du mois. Il s’agit de Kirk Bloodsworth, directeur du plaidoyer chez Witness to Innocence, une organisation membre de la Coalition mondiale. Cet Américain a été le premier condamné à mort innocenté grâce à l’ADN aux États-Unis.

Voir aussi Avalanche de propositions de loi aux USA

Kirk Bloodsworth est de ces personnes qui ont le pouvoir de faire changer d’avis les partisans les plus farouches de la peine de mort. Cette force vient de son histoire personnelle, qui lui permet de se rendre d’audience parlementaire en émission télévisée en déclarant par exemple : « J’ai réalisé assez tôt dans mon incarcération qu’un innocent pouvait être exécuté et que je ne pourrai jamais soutenir la peine de mort dans ces conditions. Je suis resté en prison pendant près de neuf ans, et croyez moi, si les gens cherchent un châtiment à infliger à quelqu’un, la perpétuité réelle n’est vraiment pas une blague. »

Les innocentés du couloir de la mort ont été condamnés lors de procès que l’opinion croyait être des procédures pénales justes et consciencieuses. Leur libération dévoile des dysfonctionnements catastrophiques à différents niveaux du système judiciaire : les enquêtes policières, y compris les interrogatoires ; l’identification par des témoins ; l’assistance inefficace de certains avocats ; les abus des procureurs et même, parfois, ceux des juges.

La preuve irréfutable que la peine capitale est faillible

Le plaidoyer à la première personne des innocentés du couloir de la mort apporte la preuve irréfutable que la peine capitale est faillible. Il peut convaincre le grand public, les policiers, les législateurs, les gouvernements, les leaders d’opinion et les médias. Même ceux qui soutiennent la peine de mort sont choqués par l’idée que l’on puisse exécuter un innocent.

A la suite de l’abolition de la peine de mort par le parlement du Maryland le 15 mars, Kirk Bloodsworth a déclaré : « Le soutien à l’abolition de la peine de mort dans les deux chambres de l’Assemblée générale du Maryland marque un tournant émotionnel dans mon voyage personnel vers la guérison du traumatisme que j’ai subi ici. Bientôt, la signature du Gouverneur O’Malley assurera que personne ne sera plus soumis à ce que j’ai subi en tant qu’innocent condamné à mort, mais aussi que le Maryland n’exécutera jamais un innocent. »

Applicable à l’échelle mondiale

Cette stratégie de plaidoyer est directement applicable au travail abolitionniste de la Coalition à l’échelle mondiale. Malgré tous ses défauts, le système pénal des États-Unis offre plus de protection aux accusés que la plupart, si ce n’est la totalité, des pays où la peine de mort est utilisée.

Des gouvernants responsables peuvent être sensibilisés à la réelle possibilité de condamner et d’exécuter un innocent – si cela est arrivé si souvent aux États-Unis, cela peut arriver n’importe où.

Cet effort de persuasion devient encore plus efficace lorsque les réseaux et les membres de la Coalition mondiale s’emparent de la réalité de ces erreurs judiciaires. Il s’agit là d’un exemple de la puissance de la Coalition mondiale, qui permet d’amplifier la force d’un message important afin que cette tragédie soit connue partout, auprès du public, de la société civile, des universitaires, des médias et de nos partenaires au sein des gouvernements abolitionnistes engagés.

Les condamnés à mort innocentés constituent déjà un maillon essentiel de la stratégie abolitionniste États-Unis et sont appelés à jouer un rôle croissant au niveau international. Le vécu de Kirk Bloodsworth, son aisance et sa force lorsqu’il raconte son histoire sont redoutablement efficaces et valent la peine d’être exportés dans d’autres pays rétentionnistes.

Elizabeth Zitrin
Vice-présidente

Coalition mondiale contre la peine de mort

Photo : Jeremy Wilburn