Dans le cadre de son projet « Éduquer aux droits de l’homme et à l’abolition de la peine de mort » dans les collèges et lycées français, Ensemble contre la peine de mort (ECPM) a souhaité célébré la semaine de la presse afin d’informer les jeunes de la difficulté pour un journaliste d’exercer son métier dans les pays qui répriment toute forme d’opposition politique par l’application de la peine de mort.

A cette occasion, Kianoush Ramezani, caricaturiste iranien exilé en France depuis le mois de Décembre 2009, pour avoir publié un dessin représentant Ali Kahmenei, le guide suprême de la révolution iranienne, viendra à la rencontre des élèves des collèges et lycées en Seine-Saint-Denis et en Hauts-de-Seine, du 26 au 30 Mars prochain. Il témoignera sur le cas de Saeed Malekpour, ce jeune iranien qui résidait au Canada, condamné à mort pour avoir développé un logiciel qui permet de charger des photos sur les sites internet, qui a été utilisé, à son insu par un site pour adultes. Il initiera également les élèves à la lecture d’un dessin de presse à travers la présentation de ses caricatures présentant les différents aspects de la peine de mort en Iran.

Le collège Edouard Vaillant de Gennevilliers, le lycée Saint Benoist de l’Europe à Bagnolet, le lycée Paul Robert aux Lilas et le lycée Marcel Pagnol à Bondy seront ainsi encouragés à faire travailler leurs élèves sur la thématique de l’application de la peine de mort pour crime d’opinion. ECPM mettra pour l’occasion à disposition des enseignants un module de cours sur le dessin de presse comparant un dessin sur la peine de mort en Iran réalisé par Kianoush Ramezani et un dessin de Plantu sur le même thème. Cet outil permettra aux élèves de comparer les styles des deux dessinateurs et de s’interroger sur la manière pour un caricaturiste issu d’un pays rétentionniste de dénoncer la peine capitale alors qu’il ne bénéficie pas d’une liberté d’expression totale.

ECPM profitera également de ces interventions pour informer les élèves sur la situation internationale de la peine de mort et sur les avancées abolitionnistes.

A l’issue des interventions, les élèves seront encouragés à continuer la réflexion en s’essayant eux-mêmes à la caricature de presse.

Marianne Rossi