Le 20 novembre 2012

La situation de l'application de la peine capitale en Arabie Saoudite ne varie pas d'un iota. Les exécutions se suivent et se ressemblent tristement.

La semaine dernière, l'Arabie Saoudite avait exécuté, par décapitation au sabre, un de leur citoyens, Ahmed-al-Huwaiti; cette semaine un palestinien condamné pour vol, Mohammed al-Khalil, a été exécuté dans la ville de Jeddah.

L'Arabie Saoudite utilise la charria pour justifier les exécutions pour viol, meurtre, cambriolage, sorcellerie et trafic de drogue.

Si les chiffres varient quelque peu entre les ONGs, ce pays a exécuté au moins 80 personnes depuis le début de l'année 2012.