Le 4 mars 2013

D'après un article publié aujourd'hui par le quotidien espagnol El Pais et rédigé par Espinosa Angeles, 7 condamnés à mort, tous mineurs au moment des faits, doivent être exécutés demain, 6 par décapitation et 1 par crucifixion.

Les militants saoudiens dénoncent des aveux extorqués, de nombreuses irrégularités lors de leur procès et une procédure d'appel inexistante. Ils ont été condamnés pour une série de braquage et vols de bijoux dans le sud du pays.

«Nous vivons dans une société médiévale, même si nous sommes à l'aube du troisième millénaire", déplore Mohammad al Qahtani, directeur de l'Association pour les droits civils et politiques en Arabie Saoudite (ACPRA), par téléphone. Le militant a déclaré que la crucifixion "est réservée aux crimes les plus odieux et vise à créer l'inquiétude du public."

«Nous allons le laisser exposé [sur la croix] pendant plusieurs heures, comme une mesure d'humiliation», a déclaré Al Qahtani.

Amnesty International s'est fait l'écho à ces préoccupations et a lancé un appel urgent visant à empêcher l'exécution. Ali al-Ahmed, un courant d'opposition saoudienne mené par l'Institut pour les affaires du Golfe à Washington, a écrit à plusieurs ambassadeurs européens à Riyad demandant une audience devant les autorités saoudiennes.

«Ces hommes doivent être exécutés après un procès qui a duré trois heures et qui n'avait ni avocat ou aide juridique."

Al Ahmed insiste sur le fait de la minorité de condamnés au moment des faits. à la date de la condamnation à mort, Sarhan Mashayekh et Saeed al Omari avaient 22 ans, Ali al Shehri, 20 ans, et Ali Nasser al Qahtani al Qahtani 24 ans, Saeed al Shahrani 21 ans, et Abdulaziz Al Amri, 23 ans. Étant donné que les infractions ont été commises entre 2004 et 2005, ils devaient avoir entre 15 et 19 ans à l'époque.

Outre l'Arabie saoudite, seul l'Iran, le Yémen et le Soudan continuent à exécuter des personnes qui ont commis des crimes alors qu'ils étaient mineurs, un châtiment interdit par la Convention relative aux droits de l'enfant.

Vous pouvez lire l'article original en espagnol ici