Et si Hank était tout simplement condamné à la vie ?

Et si notre campagne « Justice pour Hank » était condamnée à réussir ?

Et si la nouvelle de la nuit dernière redonnait de l’espoir à des dizaines d’autres condamnés dans les couloirs de la mort qui clament toujours leur innocence ?

Le laboratoire privé en Arizona, chargé d’effectuer les tests ADN mitochondriaux demandés par la défense de Hank Skinner, a divulgué, jeudi 29 août, les résultats qui pourraient disculper Hank, du triple homicide pour lequel il a été condamné à mort en 1995 et qu’il a toujours nié avoir commis.

Robert Donnell, le véritable meurtrier ?

Trois cheveux sur les quatre retrouvés dans la main de l’une des victimes, Twilla Busby, appartiendraient à une personne ayant un lien maternel avec elle et avec ses fils qui ont également été tués. Cette nouvelle preuve permettrait d’incriminer Robert Donnell, l’oncle de Twilla Busby, aujourd’hui décédé, qui avait fait des avances sexuelles brutales à sa nièce, une heure avant les meurtres.

Cette thèse paraît d’autant plus plausible que Robert Donnell n’avait montré aucune émotion à l’annonce du décès de sa nièce et de ses deux neveux et qu’il avait été identifié comme le propriétaire de la veste, aujourd’hui disparue des pièces à convictions, retrouvée proche du corps de Twilla.

A la lumière de ces nouveaux éléments, Robert Owen et Douglas Robinson, les avocats de Hank Skinner ont déclaré que « les doutes sur la culpabilité de Hank Skinner sont bien trop importants pour le laisser être exécuté. »

18 ans dans le couloir de la mort. Et les autres ?

Hank Skinner se trouve actuellement dans le couloir de la mort de Polunsky Unit au Texas. Il nie depuis 18 ans son implication dans le meurtre de sa compagne, Twilla Busby et de ses deux fils, âgés de 22 et 19 ans. Hank a eu 4 dates d’exécution. Et une bonne nouvelle la nuit dernière.

D’autres condamnés à mort, qui clament leur innocence, souhaiteraient également des tests ADN réalisés par des laboratoires indépendants. L’épouse et les avocats de Hank se sont battus pendant des années pour les obtenir, des milliers d’inconnus ont répondu à l’appel aux dons. Oui – à l’appel aux dons. Car c’est au condamné à mort de payer les analyses ADN qu’il demande…

Merci Hank d’avoir eu le courage.

Merci à tous les gens qui ont rendu possible la réalisation des tests ADN. Hank a toujours besoin de nous.

Merci à tous les médias dans le monde qui nous suivent depuis des années.

« Enfin ! » nous a écrit, hier, Sandrine, l’épouse de Hank.

Oui, Sandrine, enfin !

L’équipe d’Ensemble contre la peine de mort-ECPM