Du 31 mars au 4 avril prochain, Ensemble contre la peine de mort (ECPM), dans le cadre de son projet d’éducation aux droits de l’homme et à l’abolition de la peine de mort à destination des collégiens et lycéens français, organise un cycle d’interventions scolaires en présence de Mustapha Mezroui (chargé de mission « Eduquer à l’abolition » au sein de l’Organisation marocaine des droits humains) et Ahmed Haou (ancien condamné à mort marocain).

Les collèges Paul Painlevée (Sevran), du Moulin Joly (Colombes), Edouard Manet (Villeneuve- la-Garenne), Saint Benoist de l’Europe (Bagnolet) et Michelet (Paris) bénéficieront ainsi d’une intervention de deux heures au cours de laquelle un intervenant de l’association initiera les élèves à l’argumentaire abolitionniste et à la situation internationale de la peine de mort. à la suite de cela, Mustapha Mezroui permettra aux élèves de prendre position sur la thématique grâce à un jeu de rôle permettant à chacun de prendre tour à tour le rôle d’un condamné à mort, de sa famille, de la victime ou du bourreau et les informera sur la situation de la peine de mort au Maroc. Enfin, Ahmed Haou, ancien condamné à mort marocain racontera aux élèves comment il a survécu 15 ans dans les geôles marocaines après avoir été condamné pour des raisons politiques sous le régime de Hassan II.
Son témoignage, à n’en pas douter, permettra aux élèves de réaliser l’horreur de la peine de mort et de se questionner sur son effet non dissuasif.

Une des interventions scolaires sera organisée par trois étudiants en histoire-géographie de la Sorbonne dans le cadre de leur cours de gestion de projets en partenariat avec Ensemble contre la peine de mort (ECPM).

Ce cycle d’intervention sera également l’occasion pour ECPM de distribuer son recueil de modules de cours rassemblant l’ensemble des outils pédagogiques créés depuis le lancement du projet, à destination de collèges et lycées dans des disciplines variées (français, anglais, espagnol, arts plastiques, histoire-géographie, éducation civique juridique et sociale).

Marianne Rossi