Le tribunal criminel d'Alger a prononcé dimanche 1er avril 2012 la peine capitale à l'encontre de trois militants islamistes, poursuivis pour des assassinats et des enlèvements avec demande de rançon en 2009.

Un seul des condamnés à mort, Brahim Gouri, était présent à l'audience, son frère Abdelmalek Gouri et Kamel Sabbane étant en fuite.

La cour a également condamné un autre homme à vingt ans de réclusion, tandis qu'un dernier a écopé de sept ans de prison pour non-dénonciation de crime et apologie d'actes terroristes.