La Norvège accorde une priorité élevée au combat contre la peine de mort et s’oppose, par principe, à son application en toutes circonstances. Le meurtre autorisé par l’État déshumanise la société. Ce n’est pas un moyen de dissuasion efficace, et nous savons que des personnes innocentes ont été exécutées dans un certain nombre de cas. De telles erreurs judiciaires sont irréversibles et inacceptables.

Il pourrait peut être sembler naturel que la question de la peine de mort soit soulevée à la suite d’un terrible crime. La société norvégienne a été profondément ébranlée par l’ignoble attaque terroriste du 22 juillet 2011 quand 77 personnes ont été tuées. Chacun en Norvège se sent connecté d’une façon ou d’une autre à ces évènements tragiques. Cependant, cette atrocité n’a pas changé notre opposition fondamentale à la peine de mort.

Pourquoi ? En grande partie car les gens en Norvège ont une grande confiance dans le système judiciaire et le Code pénal. Condamner est l’affaire des cours et tribunaux, et nous ne changeons pas les règles au gré des évènements.

Le système judiciaire norvégien considère la vie humaine comme inviolable. Il n’y a pas de place pour une forme de sanction qui implique de prendre la vie. Si l’État acceptait la peine capitale, cela créerait uniquement une société plus brutale. Certaines personnes pourraient se demander : « Si l’État peut faire cela aux gens, pourquoi ne le puis-je pas ?»

Le meurtrier de masse Anders Behring Breivik se vantait qu’il tuerait tellement de personnes que la Norvège serait obligée de rétablir la peine de mort. Mais le peuple norvégien, y compris les proches des victimes, ont refusé de tuer seulement parce qu’il l’avait fait. Ils ont refusé d’accepter ses valeurs.

Et la Norvège n’est pas seule. Actuellement, environ 150 membres des Nations unies ont aboli la peine de mort ou introduit un moratoire sur son application, que cela soit de droit ou de fait. La plupart des pays ayant aboli la peine de mort l’ont fait malgré l’opposition publique, et pourtant, les peuples de ces pays ont rapidement accepté la réforme. Franchir ce pas n’est pas seulement la bonne chose à faire politiquement – il est aussi démontré que c’est politiquement possible.

Gry Larsen
Secrétaire d’État
Ministère des Affaires étrangères du Royaume de Norvège

La Norvège parraine le 5e Congrès mondiale contre la peine de mort.