Ensemble contre la peine de mort et l'association de défense des droits de l'Homme Solidarité Chine ont lancé avec succès une action en justice contre l'exposition Our body, à corps ouverts à Paris.

Le 21 avril 2009, un juge français a ordonné la fermeture de « cette exposition anatomique de vrais corps humains », qui présentait des cadavres et des organes disséqués et conservés artificiellement en provenance de Chine.

Cette décision a été confirmée par la Cour d'appel le 30 avril.