Dimanche 21 novembre 2004, s'est ouvert à Ouad Naga le procès de 181 détenus accusés de tentative de coup d'Etat.

Dans un pays où les dernières exécutions avaient déjà frappé, en 1987, des condamnés poursuivis pour tentative de putsch, ECPM souhaite attirer l’attention de l’opinion publique sur un pays où la peine de mort est manifestement une arme de répression politique, comme dans un grand nombre de pays qui l'appliquent encore en 2004.