Distribué au prochain Congrès mondial contre la peine de mort qui se tiendra à Oslo du 21 au 23 juin 2016, le Journal de l’Abolition sera entièrement rédigé et illustré par des collégiens et lycéens d’Ile-de-France et de Lorraine. C’est le nouveau projet pédagogique lancé par Ensemble contre la peine de mort (ECPM), en partenariat avec Cartooning for Peace et l’Association française des victimes du terrorisme : « Mon crayon pour l’abolition ».

Si ECPM a pris une telle initiative, c’est pour répondre de manière dépassionnée aux incompréhensions survenues après le choc des attentats de janvier 2015. « Les événements tragiques de janvier, les débats qui ont suivi autour des limites de la liberté d’expression et leur difficile compréhension par les jeunes nous ont incité à organiser des rencontres dans les établissement scolaires avec des journalistes et des caricaturistes pendant la Semaine de la presse et des médias à l’école en liant peine de mort et liberté d’expression, explique Charlène Martin, assistante du projet Eduquer à l’abolition. Forte de cette expérience, ECPM souhaite maintenant renouveler cette approche en laissant la parole aux jeunes pour valoriser leur engagement citoyen. »

Des journalistes et dessinateurs de presse pour initier les élèves

En quelques mois, les élèves devront produire articles, dessins de presse ou encore reportages audios et vidéos. Pour les guider, des professionnels seront à leurs côtés : Mathilde Lemaire, journaliste à France Info ; Sina Mir, journaliste à RTL ; Alain Morvan, journaliste au Républicain Lorrain ; Desislava Raoul journaliste et correspondante en France pour la chaîne bulgare bTV ; Mana Neyestani, dessinateur et caricaturiste iranien, auteur du Petit manuel du parfait réfugié politique. Trois cycles de rencontres d’initiation et d’échanges sont programmés d’ici à décembre. « Chacun apportant son point de vue et ses méthodes de travail, précise Charlène Martin. Le journaliste, lui, se doit d’être objectif tandis que le dessinateur de presse prend position dans chacun de ses dessins. Ce sont deux positionnements complémentaires qui doivent apporter de la richesse et de la diversité aux rencontres. »

Pour Alain Morvan qui a couvert l’affaire de Serge Atlaoui, ce Français originaire de Metz condamné à mort en Indonésie, c’est l’occasion d’aiguiser l’esprit critique des adolescents. « L’abolition de la peine de mort est une immense conquête en France. Mais cela reste un enjeu mondial complexe qui fait appel à des intérêts politiques et religieux. C’est cela que je veux expliquer aux jeunes que je vais rencontrer. Je veux les faire dépasser la loi du talion et les emmener vers la complexité, en m’appuyant notamment sur le cas de Serge Atlaoui qui est symptomatique de ce qui reste encore à gagner. »

Pour les aider à saisir les enjeux humains que recouvrent une condamnation à mort, les lycéens et collégiens rencontreront également des proches de condamnés ainsi que des victimes du terrorisme qui défendent l’abolition de la peine de mort malgré les souffrances qu’elles ont endurées. L’aventure se clôtura par une cérémonie officielle en mars lors de la prochaine Semaine de la presse et des médias à l’école.

Par Camille Sarret
Illustration : dessin de Mana Neyestani pour Mon crayon pour l'abolition