Au Nigéria, le Sénat a adopté le 17 février dernier un projet de loi anti-terroriste prévoyant notamment l’application de la peine de mort dans certaines circonstances.

Présentant le rapport devant le Sénat, le président de la Commission de sécurité et du renseignement, le Sénateur Nuhu Aliyu, a dit que la loi prescrivait la peine de mort pour tout terroriste dont l’action a conduit au décès d’une personne et jusqu’à 20 ans de prison pour les autres. La loi cite divers actes criminels perpétrés dans le pays comme ayant trait au terrorisme, incluant le kidnapping, le vol de pétrole, la piraterie et le détournement d’avion.

Le texte attend désormais la promulgation du président Goodluck Jonathan.