Depuis 2000, ECPM (Ensemble contre la peine de mort) mobilise une large palette d’outils et de compétences pour avancer sur le chemin de l’abolition universelle. ECPM, c’est une équipe à taille humaine qualifiée aussi bien dans le plaidoyer au plus haut niveau que dans le renforcement de capacités à travers les frontières.

Fédérer

Tout seul nous pouvons peu, ensemble nous pouvons tout. Depuis sa création, Ensemble contre la peine de mort a eu à cœur de rassembler tous les acteurs de l’abolition à travers le monde.

Concrètement : Pour fédérer les acteurs et faire émerger de nouvelles stratégies en faveur de l’abolition, ECPM organise, tous les 3 ans depuis 2001, le Congrès mondial contre la peine de mort.
Après le Congrès de Strasbourg, en 2001, s’est tenu le 2e Congrès à Montréal, en 2004 en présence de Bianca Jagger et de Catherine Deneuve.
En 2007, le 3e Congrès s’est tenu à Paris, sous les hauts patronages de Jacques Chirac et Angela Merkel. Il a accueilli plus de 1000 participants et 150 intervenants et a été marqué par une déclaration officielle de l’Union européenne, des messages solennels du Pape Benoit XVI, du Dalaï Lama, et des interventions inédites d’abolitionnistes chinois.
Le 4e Congrès mondial, tenu à Genève en 2010, fut un succès politique et citoyen inédit avec 1500 participants et une séance d’ouverture organisée aux Nations unies en présence de José Luiz Rodriguez Zapatero, Abdou Diouf et de nombreux représentants politiques de très haut niveau.
Enfin, le 5e Congrès mondial fut marqué par une participation politique sans précédent, avec la présence exceptionnelle de 12 ministres d’État issus de pays abolitionnistes et rétentionnistes.

Depuis 2012, ECPM organise également des Congrès régionaux. Le 1er s’est tenu à Rabat afin de porter le lobbying au plus haut-niveau dans une région du monde où l’abolition de la peine de mort reste un sujet de société majeur. Plus grand événement sur la peine de mort jamais réalisé dans le monde arabe, le Congrès a réuni près de 500 personnes et fut marqué par la présence de nombreuses personnalités politiques de haut niveau.
Afin de permettre des avancées concrètes sur le continent asiatique, 1ère zone rétentionniste au monde, mais qui n’avait jusque-là jamais accueilli d’événements d’envergure internationale sur la peine de mort, ECPM a organisé en juin 2015, son 2e Congrès régional -le 1er en Asie- sur la peine de mort, à Kuala Lumpur (Malaisie). Organisé en partenariat avec le réseau régional ADPAN, le Congrès a rassemblé plus de 300 avocats, magistrats, parlementaires, sociologues, théologiens, journalistes, membres d’ONG et activistes.

Enfin, en 2012, ECPM a organisé son premier grand événement en Afrique centrale à travers la conférence interrégionale de Kinshasa qui a réuni près de 200 personnes venues d’une dizaine de pays de la région. Lors de la séance d’ouverture, la ministre de la Justice de RDC a reconnu officiellement l’existence d’un moratoire sur les exécutions, ouvrant la porte vers une abolition en droit.
Cette conférence fut l’occasion de lancer la Coalition d’Afrique centrale contre la peine de mort sous la coordination de l’association congolaise Culture pour la paix et la justice (CPJ).

Renforcer

Partout dans le monde, des acteurs se mobilisent contre la peine de mort. À la demande de certains d’entre eux, ECPM est intervenu pour renforcer leur capacité d’action et leur fournir son expertise et ses ressources.

Concrètement : En 2011, ECPM a lancé son premier projet de renforcement de capacités au Maroc en partenariat avec l’organisation marocaine des droits humains (OMDH) et la Coalition marocaine contre la peine de mort (CMCPM). Très rapidement, le Maroc est devenu la plateforme idéale pour un débat de fond sur la peine de mort dans la région.
À la suite du printemps arabe, ECPM a élargi son champ d’action aux pays d’Afrique du nord et du Moyen-Orient dans le cadre d’un projet régional soutenu par la coopération suédoise.
Notre ONG a permis à la Coalition marocaine contre la peine de mort de professionnaliser son activité en embauchant trois salariés. Nous favorisons également l’émergence et la vie institutionnelle du Réseau asiatique ADPAN représentant 18 pays en Asie, notamment en soutenant l’organisation de leur Assemblée générale.

Plaidoyer

Pour mettre fin à la peine de mort, il faut convaincre. ECPM intervient auprès des parlementaires et des chefs d’Etat, au sein des institutions nationales et internationales.

Concrètement : ECPM est présente aux Nations unies, où nous possédons le statut d’observateur. Notre ONG fait avancer le débat vers l’abolition dans de nombreux parlements : au Maroc, en Tunisie, en République démocratique du Congo, au Congo Brazzaville, au Burkina Faso… ECPM a accompagné la création du Réseau des parlementaires contre la peine de mort au Maroc (plus de 250 membres), initiative unique au monde dans un pays disposant encore de la peine capitale dans son arsenal législatif. Nous apportons un appui à l’organisation Iran Human Rights pour la publication du Rapport annuel sur la peine de mort en Iran, pour sa diffusion et sa présentation au sein d’organes majeurs de décision (Parlement européen, Parlement français ou anglais), et nous réalisons des missions d’enquêtes judiciaires dans les couloirs de la mort (Afrique des grands lacs, USA, Maroc, Tunisie…).
Enfin, ECPM a organisé les campagnes de soutien à Hank Skinner et Serge Atlaoui.

Eduquer

L’abolition de la peine de mort n’est jamais acquise. ECPM intervient donc régulièrement dans l’espace public et les établissements scolaires pour sensibiliser les citoyens d’aujourd’hui et de demain.

Concrètement : Nous effectuons, ainsi que nos partenaires du Réseau international d’éducation à l’abolition, des interventions scolaires en France, en Tunisie, au Maroc et au Liban et créons des outils pédagogiques (modules de cours, projets de classe, jeu de société) permettant aux enseignants d’aborder la thématique en classe de façon autonome. Depuis 2005, ECPM est présent à la Marche des fiertés LGBT de Paris dans le cadre de sa campagne « La peine de mort est homophobe », ainsi qu’à la Fête de l’Humanité pour aller au-devant du public et leur parler d’abolition et de droits de l’homme. Chaque année, ECPM organise des actions de sensibilisation à travers le monde lors de la Journée mondiale contre la peine de mort, ciblant différents publics (jeunes, parlementaires, avocats, journalistes etc…).