Après Ajmal Kasab en novembre 2012, l'Inde vient de procéder à une nouvelle exécution. Afzal Guru, originaire du Cachemire indien et condamné pour son implication dans un attentat contre le parlement indien en 2001, a été pendu le samedi matin 9 février à 8h (heure locale), dans la prison de Tihar (Delhi). Sa mort a été confirmée par le ministère. Un couvre-feu a été déclaré dans certaines parties du Jammu-et-Cachemire, État du nord de l'Inde.

Afzal Guru avait été condamné à la peine de mort par la Cour suprême en 2004. Son exécution, prévue pour octobre 2006, était suspendue à la suite d'une demande de grâce déposée par sa femme. Le Président Pranab Mukherjee avait rejeté le recours le 23 janvier 2013.

En décembre 2001, cinq terroristes lourdement armés s'étaient introduits dans le Parlement et avaient ouvert le feu. Les sessions des deux chambres du Parlement venaient d'être ajournées et plusieurs députés étaient encore à l'intérieur. Neuf personnes avaient été tuées, pour la plupart des membres des forces de sécurité. Les terroristes avaient été abattus sur place. Peu après, Afzal Guru était arrêté.

En novembre 2012, Ajmal Kasab, le terroriste du Pakistan capturé au cours des attaques de Mumbai, avait été exécuté dans une prison de Pune, dans une opération top secrète. Cette exécution était la première depuis 2004. L'inde est l'une des dernières démocraties à pratiquer encore la peine de mort. Le 3 février dernier, le Président indien, ignorant les recommandations du comité Verma, des groupes de femmes et des activistes, a signé une ordonnance autorisant la peine de mort pour les crimes à l'encontre des femmes. Lire aussi l'Édito de janvier 2013 sur la peine de mort en Inde.