183 partisans des Frères musulmans accusés d’avoir tué 13 policiers en août 2013 ont vu au début de la semaine leur condamnation à mort confirmée par un tribunal égyptien.
Déclarés en décembre 2013 "organisation terroriste" par les autorités égyptiennes, les Frères musulmans sont accusés par le gouvernement d’être à l’origine d’une vague d'attentats qui décime policiers et soldats.

Suite au renversement de Mohamed Morsi en juillet 2013 et à l’élection du Président Abdel Fattah al Sissi en juin 2014, la répression politique en Egypte a pris une tournure sanglante et dramatique. Plus de 1400 manifestants ont été tués par les forces de l’ordre et plus de 15000 Frères musulmans ou sympathisants ont été emprisonnés. Des procès en masse, aboutissant souvent à des condamnations à mort, sont expédiés en quelques minutes.

La condamnation à mort le 24 mars 2014 de 529 partisans des Frères musulmans pour la mort d’un officier de police, a éfé jugée contraire au droit international par le Haut-Commissariat aux droits de l'homme des Nations unies (irrégularités de procédure, non respect du droit à un procès équitable).

Ensemble contre la peine de mort (ECPM) dénonce vivement cette nouvelle vague massive de condamnations à mort en Egypte