Le 5ᵉ Congrès mondial contre la peine de mort s’est déroulé du 12 au 15 juin dernier, à Madrid. Alors que le premier jour des débats était également celui du premier tour des élections présidentielles en Iran, ce Congrès a été l’occasion pour ECPM d’organiser une grande table ronde sur la situation de la peine de mort dans ce pays, l’une des plus préoccupantes au monde. Etait présent à cette table ronde un très riche et complémentaire panel des acteurs associatifs et institutionnels qui luttent aujourd’hui contre la peine de mort en Iran. ECPM vous propose de revenir sur le travail de chacun des protagonistes de cette table ronde et vous permet, en plongeant au cœur des univers particuliers de chacun d’entre eux, de découvrir les multiples facettes du combat abolitionniste en Iran. Décryptage d’un combat polymorphe…

– Hossein Raeesi est un avocat iranien, spécialisé dans les droits de l’homme et qui a défendu de très nombreux clients condamnés injustement à mort par le régime. Aujourd’hui en exil au Canada avec sa famille, maître Raeesi continue cependant activement son action en faveur de l’abolition et sait saisir toute les occasions pour crier son indignation face au fonctionnement actuel du système judiciaire iranien.

 Télécharger ici l'entretien avec Hossein Raeesi.pdf

– Ahmed Shaheed est un ancien ministre des Affaires étrangères de la République des Maldives, aujourd’hui rapporteur spécial des Nations unies pour la situation des droits de l'homme en Iran. Il est l’auteur d’un récent rapport particulièrement accablant sur la situation actuelle des droits dans ce pays. Musulman, cet homme studieux et convaincu ne se laisse pas impressionner par les arguments religieux de la République islamique d’Iran et tient un discours sans concession sur le chemin qu’il reste à parcourir pour parvenir à l’abolition de la peine de mort dans ce pays.

 Télécharger ici l'entretien avec Ahmed Shaheed.pdf

– Mohammad Ali Shirzadi est un journaliste, réalisateur, et militant des droits de l’homme iranien. Membre de l’association « Pour le droit à la vie », de son ami Emadeddin Baghi, célèbre activiste des droits de l’homme iranien, il a passé, l’année dernière, plusieurs mois en prison dans la funeste prison d’Evin pour avoir participé à une interview de l’ayatollah contestataire Montazeri. Aujourd’hui en exil, c’est par la voix du cinéma qu’il a décidé de continuer son combat contre la peine de mort.

 Télécharger ici l'entretien avec Ali Shirzadi.pdf

– Ladan Boroumand est directrice de recherche et cofondatrice, avec sa sœur Roya, de l'Abdorrahman Boroumand Foundation basé à Washington. Nommé en hommage à son père Abdorrahman Boroumand, célèbre avocat et défenseur des droits de l’homme assassiné par le régime iranien à Paris en 1991, cette fondation œuvre aujourd’hui sans relâche en faveur des droits de l'homme et de la démocratie en Iran. Parce que pour les sœur Boroumand il est fondamental d’écrire les mémoires individuelles pour que la mémoire collective de l’Iran de demain ne puisse pas être travestis, découvrez le formidable projet de mémorial virtuel dédié aux victimes du régime islamique qu’elles ont créé.

 Télécharger ici l'entretien avec Ladan Boroumand.pdf

– Mahmood Amiry-Moghaddam est un neuroscientifique iranien aujourd'hui exilé en Norvège. Grand militant des droits de l'homme en Iran, il est le fondateur de l'ONG Iran Human Rights qui fait aujourd’hui office d’association de référence sur la question des droits de l’homme et de la peine de mort en Iran. Mahmood Amiry-Moghaddam est notamment l’auteur du Rapport annuel sur la peine de mort en Iran publié chaque année en partenariat avec ECPM.

 Télécharger ici l'entretien avec Mahmood Amiry-Moghaddam.pdf

– Emadeddin Baghi est l’un des plus connus et l’un des plus fervents militants contre la peine de mort en Iran. Il vit aujourd’hui toujours à Téhéran et a déjà connus plusieurs séjours en prison du fait de ces engagements politiques et idéologiques. Fondateur de l’ONG iranienne « Pour le droit à la vie », il est aujourd’hui interdit de sortit du territoire et n’a donc malheureusement pas pu être présent à la table ronde Iran du 5ᵉ Congrès mondial contre la peine de mort. Il a cependant tenu à adresser un message à l’assemblée présente pour cette occasion et nous a fait parvenir un texte, lu en introduction de cette table ronde par son ami Mahommad Ali Shirzadi.

 Télécharger ici l'allocution d'Emadeddin Baghi en francais.pdf

Antonin Bravet