Après une année 2011 sans aucune exécution, le Japon a exécuté deux condamnés à mort.

Le 3 août 2012, Kyozo Matsumara, âgé de 31 ans, a été pendu à Osaka et Junya Hattori, âgé de 40 ans, a été exécuté à Tokyo.

Depuis le début de l'année 2012, le Japon a exécuté 5 personnes, portant à 7 le nombre de personnes mises à mort depuis l'arrivée au pouvoir du parti démocrate. Les exécutions se font par pendaison et la procédure reste secrète, les familles des condamnés à mort sont prévenues après les exécutions.

Après les Etats-Unis, le Japon est la seule puissance démocratique qui applique toujours la peine capitale.