On est mercredi, c’est le jour des enfants. Nous sommes le 20 mai et les élèves n’ont déjà presque plus que le temps de penser aux derniers examens qui approchent avant les grandes vacances d’été.

Ce mercredi 20 mai 2015, c’était pour près de 240 collégiens et lycéens d’Île-de-France leur dernier rendez-vous avec l’association Ensemble contre la peine de mort (ECPM), qui les a suivi tout au long de l’année scolaire pour leur participation au concours international d’affiches « Dessine-moi l’abolition ».

La première rencontre a eu lieu en octobre, quand Marianne Rossi et Charlène Martin, intervenantes de l’association, sont venues débattre avec eux du sujet et les informer sur la situation internationale, avant de laisser la parole à Curtis Mc Carty, ancien condamné de l’Etat d’Oklahoma ayant passé 19 ans dans les couloirs de la mort pour un meurtre qu’il n’avait pas commis. Avec cette première intervention qui visait à sensibiliser les jeunes aux problématiques de droits de l’homme soulevées par l’application de la peine capitale, les collégiens et lycéens inscrits au concours ont pu se forger leur opinion personnelle sur le sujet et ainsi déjà réfléchir à l’aspect particulier qu’ils souhaiteraient exprimer à travers leurs dessins. Certain que le témoignage de Curtis, qui a partagé son douloureux vécu avec les jeunes, allait particulièrement les inspirer…

Une fois le message de l’affiche longuement muri, ne restait alors plus qu’à l’exprimer par le dessin, le collage, la typographie,… Et c’est justement pour les accompagner dans la réalisation de leurs travaux artistiques que les intervenantes d’ECPM sont revenues dans les écoles, cette fois accompagnées de graphistes professionnels de l’ONG Poster for tomorrow. Quelques conseils ont suffi à les guider pour exprimer leur message de la manière la plus lisible et percutante possible.

Jamais deux sans trois. Pour clôturer en beauté ce projet, tous les jeunes participants d’Île-de-France ont eu le privilège d’être solennellement accueillis par Pierre-Olivier Sur, le Bâtonnier de l’Ordre du Barreau de Paris, qui s’est réjoui de voir les bancs du bel auditorium de la Maison des Avocats ainsi occupés par les citoyens de demain. En ce lieu fort symbolique du rôle majeur des avocats dans la lutte abolitionniste, les élèves ont ensuite pu découvrir par un court dessin animé l’histoire de Mohammad Mostafaie, défendant en Iran des jeunes condamnés pour des faits commis avant leurs 18 ans. Mais la jeune audience présente a ensuite pu constater que les acteurs impliqués dans le combat pour l’abolition de la peine de mort sont variés, à l’image des partenaires qui ont soutenus le projet auquel ils ont participé. Lucie Vigier, responsable projet à l’Agence française de développement, a su leur montrer que cette institution rattachée au Ministère des Affaires étrangères pouvait soutenir les ONG œuvrant pour les droits de l’homme, comme elle le fait notamment en finançant les projets éducatifs menés par ECPM. Ensuite, Elena Perez Villanueva del Caz, conseillère auprès de l’ambassade d’Espagne, a expliqué le rôle des diplomates pour défendre les condamnés et pousser à l’abolition dans les États rétentionnistes. Puis Raphaël Chenuil-Hazan, directeur général d’ECPM, et Maria Donatelli, directrice exécutive de la Coalition mondiale contre la peine de mort, ont pu revenir sur le rôle des acteurs associatifs engagés contre la peine de mort, notamment en initiant des actions de sensibilisation aux droits de l’homme des jeunes, comme ce fut le cas pour ce concours « Dessine-moi l’abolition ». Enfin, qui de mieux que la jeune gagnante pour parler du concours ? Inès Lazghab, collégienne à Edouard Vaillant à Gennevilliers, est elle aussi venue prendre la parole au pupitre pour exprimer à tous sa participation au projet et sa fierté suite au succès de son affiche « Why killing ? » à travers un beau discours qui a impressionné les plus grands !

Est venu ensuite le moment tant attendu de tous : la projection de tous les dessins gagnants et la remise des prix aux jeunes lauréats présents ! Avant que ceux-ci soient félicités et récompensés au moment de la projection devant tous de leur propre affiche, les jeunes ont pu découvrir les affiches gagnantes réalisées par les autres participants : les jeunes de Belfort, de Kisangani en RDC, de Beyrouth au Liban, de Casablanca, Kenitra et Temara au Maroc et de Kasserine et Tozeur en Tunisie. L’audience a même pu avoir les impressions de l’enseignante ainsi que d’élèves des deux classes de 1ère du Lycée de Belfort, qui ont participé au concours après avoir rencontré Sabine Atlaoui et la graphiste Luce Penot, grâce à la vidéo qu’ils ont créée pour témoigner de leur vécu du projet. Quand ce sont les affiches sélectionnées des gagnants présents dans la salle qui ont été projetées sur grand écran, chacun des lauréats a été appelé à recevoir de la main du directeur d’ECPM leurs prix : diplôme, T-shirt « Dites-non à la peine de mort », et, pour le podium gagnant, du matériel de dessin, des BD et des DVD en lien avec la peine de mort. Et, avant de partir, tout le monde s’est vu distribué un catalogue de l’exposition des 42 affiches pour pouvoir revoir et faire voir ces dessins qui témoignent de leur engagement pour le respect du droit à la vie !

Encore une fois merci aux enseignants qui ont suivis ce projet aux côtés d’ECPM ainsi qu’aux partenaires, bravo à tous les jeunes participants et félicitations aux gagnants !

Regarder le diaporama de photos de la cérémonie

Télécharger le catalogue de l'exposition des dessins

Regarder le témoignage d'Ines, premier prix du concours

Regarder le témoignage de Dui, deuxième prix du concours

Regarder le témoignage de Simone, troisième prix du concours

Regarder la vidéo réalisée sur le concours de dessin par les élèves du lycée Gustave Courbet à Belfort