En lien avec les événements de célébration du trentième anniversaire de l’abolition en France, qui ont eu lieu en septembre et octobre dernier, Robert Badinter s’est adressé, vendredi 25 novembre dernier, à plus de 130 élèves du Lycée Rabelais de Meudon (92). Cette intervention exceptionnelle a permis de sensibiliser les jeunes à la question de la peine capitale. Exposant sa participation au processus d’abolition française de la peine de mort, M. Badinter s’est ensuite étendu sur les enjeux internationaux de l’Abolition universelle, devant une audience lycéenne remarquablement avertie en expliquant que « la lutte pour l’abolition de la peine de mort est le seul combat que l’humanité peut gagner sur elle-même ».

Célébrant la venue de ce défenseur des droits humains, l’équipe pédagogique de l’établissement avait préalablement lancé une semaine d’études et de débats sur le sujet. Et grâce au soutien d’ECPM à cette conférence, les élèves ont eu accès à de nombreuses ressources pédagogiques qui leur a permis de préparer cette rencontre. Parmi les outils du projet « Éduquer aux droits de l’homme et à l’abolition de la peine de mort », l’exposition « Sur le chemin de l’abolition universelle… », et le Journal de l’abolition, ont été mis à disposition du groupe scolaire.

Le jour de la conférence, les élèves ont salué la visite de leur hôte par un discours du président du conseil de vie lycéenne, qui, au nom de tous ses camarades, s’est déclaré « reconnaissant de la chance et de l’honneur de la venue de ce personnage charismatique [venant] faire partager son vécu ». Suite à son discours, le « mammouth » de la vie politique française, tel que s’est qualifié Robert Badinter, a pris le temps de répondre à de nombreuses questions des élèves, pourtant notamment sur les trois différents cas d’exécutions de Mouammar Kadhafi, de Ben Laden et de Saddam Hussein.

Réjoui par cet événement, le corps éducatif du Lycée Rabelais a clôturé la conférence en saluant la disponibilité et la contribution de leur invité, présentant leurs immenses remerciements à cette figure de l’abolitionnisme universel qu’est Robert Badinter.

Amina Jacquemin