Le 28 février dernier, la Chambre des représentants du Parlement de Trinité-et-Tobago, État des Caraïbes au large du Venezuela, a rejeté un projet de loi visant à faciliter la reprise des exécutions capitales.

Ce projet d’amendement de la constitution déposé par le gouvernement, qui prévoyait notamment de limiter le temps accordé à un condamné pour faire appel, a recueilli 29 voix pour et 11 voix contre, alors que la majorité des trois quart était nécessaire pour entériner son adoption.

Une affaire à suivre, car le projet de loi pourra être présenté à nouveau dans six mois.