Selon la presse officielle, plus de 400 condamnés à mort attendent d’être exécutés au Vietnam, faute de produits pour composer le mélange d’injection létale.
Le 1er juillet 2011, une loi remplaçant l’exécution par balles par l’injection létale est entrée en vigueur, mais elle n’a toujours pas été mise en application.
«L'injection létale exige la construction de centres spéciaux équipés des machines d'exécution. Le ministère de la Sécurité publique a construit certains centres, mais nous n'avons pas les produits nécessaires et leur importation a rencontré des difficultés», a expliqué le vice-ministre de la Sécurité publique, Dang Van Hieu.