Des centaines de condamnés sont en attente dans les couloirs de la mort au Vietnam depuis la décision de remplacer, en juillet 2011, les pelotons d’exécution par des injections létales.

« Nous avons plus de quatre cents prisonniers condamnés à mort et nous ne pouvons pas les exécuter», aurait déclaré au quotidien Tuoi Tre (Jeunesse), un vice-ministre de la Sécurité, en ajoutant : « les dossiers de plus de cent d’entre eux sont complétés et leur exécution devrait avoir eu lieu, mais nous ne disposons pas de la drogue nécessaire pour y procéder.»

Selon le ministre de la Santé, Nguyen Thi Kim Tien, l’Union européenne, principal producteur du produit, refuserait de les exporter. Les autorités locales envisageraient donc de le produire localement.